Comment le Maroc se mobilise contre le coronavirus

Publié le 30.03.2020, 13h23 par La Rédaction | 10136 vues | 0 Commentaires

Comment le Maroc se mobilise contre le coronavirus

Relativement épargné, pour l'heure, par l'épidémie de Covid-19, le royaume mobilise toutes ses ressources pour protéger sa population de la pandémie. Les autorités sont sur le pied de guerre et un fonds spécial vient d'être créé, abondé par le ministre de l'Agriculture, Aziz Akhannouch.

 

Quand les vacances virent au cauchemar : pour plusieurs milliers de touristes français encore bloqués au Maroc, l'interminable attente devrait bientôt prendre fin. En partenariat avec la compagnie aérienne Air France, le gouvernement français a mis en place « un mécanisme global et mondial pour permettre à (ses) ressortissants qui le souhaitent de rentrer chez eux en France ». Près de 7 000 personnes devraient, à terme, bénéficier de ces vols spécialement affrétés par Paris, leur permettant de quitter un Maroc qui, à l'image de la quasi-totalité des pays du monde, tourne désormais au rythme de la pandémie de coronavirus.

 

Les autorités sur le pied de guerre

 

Seulement 225 cas confirmés pour six décès : jusqu'à présent relativement épargné par l'épidémie au regard de sa progression en Europe, le Maroc n'en a pas moins décrété, le 19 mars, « l'état d'urgence sanitaire », « seul moyen de garder le coronavirus sous contrôle ». Le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, a officiellement appelé la population à « limiter ses déplacements au maximum », les écoles, mosquées, universités, cafés, lieux culturels et sportifs et commerces « non essentiels » ayant quant à eux fermé leurs portes.

 

Pour inciter la population à respecter les mesures de confinement, les autorités marocaines n'ont pas hésité à mettre l'armée sur le pied de guerre. Mégaphones à la main, les membres des Forces armées royales (FAR) – dont toutes les permissions ont été suspendues – sillonnent ainsi les rues des grandes villes pour rappeler aux citoyens les mesures visant à limiter la propagation du virus. L'armée a par ailleurs mis à disposition des structures de santé, dont des hôpitaux de campagne.

 

Des actes de solidarité et de générosité bienvenus

 

Mieux vaut prévenir que guérir : conscientes de leurs moyens sanitaires limités, les autorités marocaines, au premier rang desquelles le roi Mohammed VI, n'ont pas perdu de temps afin de limiter, autant que faire se peut, la propagation de la maladie parmi la population. Des « Postes de Commandement Coronavirus » ont ainsi été établis dans toutes les préfectures du pays, chargés d'assurer la veille et la coordination des services sanitaires. Objectif avoué : ne pas répéter le scénario chinois et européen, qui déborderait complètement les capacités hospitalières d'un pays dont une large part des habitants réside en milieu rural.

 

Cinquième économie africaine, un Maroc aux frontières closes fait nécessairement souffrir l'un de ses secteurs les plus stratégiques : le tourisme, qui représente 17% du PIB et emploie quelque 2 millions de travailleurs. Afin de protéger ses entreprises et de soutenir ses hôpitaux et centres de soins, le royaume vient de se doter d'un fonds spécial, doté d'un milliard de dollars. De son côté, le ministre de l'Agriculture, Aziz Akhannouch, a offert via sa société, Afriquia, un milliard de dirhams qui viendront s'ajouter à « l'effort de guerre ». Un acte de générosité plus que bienvenu, et ce alors que l'ensemble des ministres marocains ont annoncé reverser la totalité de leur salaire en faveur de la lutte contre le virus.

 

 

 

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email