Algérie : les mines prennent encore deux vies

Publié le 14.10.2018, 20h47 par La Rédaction | 19 vues | 0 Commentaires

Algérie : les mines prennent encore deux vies Algérie : les mines prennent encore deux vies


Bien que l'armée algérienne a annoncé début 2017 avoir détruit l'ensemble des mines posées par la France durant la guerre (soit 9 millions de dispositifs), des engins explosifs subsistent malheureusement encore sur le territoire. 

A l'image de ce triste samedi 13 octobre où deux enfants ont péri et deux autres ont été grièvement blessés suite à l'explosion d'une mine anti-personnel datant de l'époque coloniale dans la commune d'Al-Aricha (wilaya de Tlemcen).

Selon Observ'Algérie, les victimes sont toutes membres de la même famille. Les deux rescapés se trouvent quant à eux entre la vie et la mort au sein de l’établissement public hospitalier (EPH) de la daira de Sebdou.

Comme le rappelle le média La Croix, "le bataillon français a érigé durant le conflit des barbelés électrifiés et miné les frontières algériennes sur 700 km de long, du côté marocain à l’Ouest, et sur 460 km de long du côté tunisien à l’Est.

Ces lignes de la mort, comme elles étaient surnommées, "rendaient la traversée de la frontière souvent fatale pour les combattants du Front de libération nationale (FLN) qui allaient se ravitailler auprès de leurs bases arrière dans les pays voisins, ou qui voulaient infiltrer l’Algérie depuis ces pays."

Crédit photo : Wikimédia

La Rédaction 

Sources : Observ'Algérie et La Croix

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email