Algérie : une ministre crée la polémique sur les femmes

Publié le 03.12.2016, 13h28 par La Rédaction | 84 vues | 0 Commentaires

Algérie : une ministre crée la polémique sur les femmes Algérie : une ministre crée la polémique

La ministre algérienne de la solidarité nationale, Mounia Meslem, a créé un véritable tollé médiatique en suggérant que les femmes hauts fonctionnaires mariées reversent leur salaire à l'Etat. Et cela parce qu'elles ont des maris pour entretenir leur famille, ce qui est bien suffisant...

Cette déclaration est intervenue alors qu'un journaliste interrogeait des responsables politiques pour savoir s’ils étaient prêts à céder une partie de leurs émoluments dans le contexte actuel d’austérité, relaie Le Monde. Mounia Meslem a quant à elle répondu avec une franchise déconcertante :

« J’ai dit que s’il fallait que l’on donne tout notre salaire mensuel, et j’ai parlé spécialement des femmes cadres de l’Etat qui sont mariées, ce serait avec plaisir. Il est clair que ce n’est pas ce salaire qui nous fait vivre. Il y a nos maris qui s’occupent de nous. »

Il n'en fallait pas plus pour que la machine des réseaux sociaux se mette en marche immédiatement, laissant transparaitre incrédulité et colère. Et cela, en raison d'une société algérienne dépeinte de façon archaïque par un membre du gouvernement, alors que les femmes sont pourtant nombreuses à faire fonctionner leur foyer..

La militante Soumia Salhi, ancienne présidente de l’Association algérienne pour l’émancipation des femmes, ne manque pas de rappeler « qu'après l’indépendance du pays, il y a eu une généralisation de l’éducation pour toutes les filles. Aujourd’hui, on compte 65 % de femmes parmi les diplômés tandis que 42 % des magistrats sont aussi des femmes ! »

Avant de poursuivre avec véhémence : « Cette émergence spectaculaire, notamment dans la sphère professionnelle, n’a pas pu être entravée, même pendant la décennie noire (…) Les femmes progressent partout, c'est un fait. Nous avons besoin aujourd’hui de lois justes et égalitaires, mais aussi de politiques pour changer les pratiques et les mentalités. »  

La Rédaction

Source : Le Monde

 

 

 

 

 

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email