Algérie: une scission de plus en plus grande entre le gouvernement et la presse

Publié le 23.10.2017, 18h13 par La Rédaction | 44 vues | 0 Commentaires

Algérie: une scission de plus en plus grande entre le gouvernement et la presse Journée de la presse en Algérie

La journée de la presse algérienne, qui a lieu chaque année le 22 octobre, a cristallisé une nouvelle fois les tensions séparant le gouvernement Bouteflika des médias locaux.  

"J’exhorte la famille de la presse algérienne à être au service des intérêts suprêmes de notre patrie en contribuant à l’éclaircissement des faits, en émettant des critiques objectives."

Si le discours de rigueur du président ne laissait présager que peu de surprises pour ce quatrième anniversaire, il a eu le mérite de creuser encore un peu plus le fossé entre l'Etat et le quatrième pouvoir. En atteste la suite du discours :

"Tout en faisant preuve de prudence et de vigilance pour préserver la sécurité, la stabilité et l’intégrité du pays."

Reporters Sans Frontières (RSF) s'est ainsi fait écho d'un sérieux malaise quant à la libre activité de journaliste sur le territoire algérien.

L'ONG a profité de l'occasion pour dénoncer vendredi "la détention injustifiée de Said Chitour, un fixeur algérien arrêté il y a quatre mois et accusé d’avoir livré des documents confidentiels à des diplomates étrangers."

Une détention dont la durée préventive et les conditions sont jugées brutales et excessives, par l'organisation.

Pour rappel, RSF avait déjà stigmatisé au début de l'été "le harcèlement, les menaces et pressions" subis par les plumes du pays.

La Rédaction

Source : Jeune Afrique 

 

 

 

 

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email