Une exposition parisienne met à l’honneur une artiste tunisienne d’exception

Publié le 03.11.2017, 11h29 par La Rédaction | 80 vues | 0 Commentaires

Une exposition parisienne met à l’honneur une artiste tunisienne d’exception Une exposition parisienne met à l’honneur une artiste tunisienne d’exception

« Hermès à tire-d’aile - Les mondes de Leila Menchari » est une exposition qui rend hommage à une artiste tunisienne prolifique et géniale. La Tunisie et le microcosme parisien attendent de pied ferme cet événement qui reviendra du 8 novembre au 3 décembre prochains sur l’oeuvre d’une femme inspirée et inspirante.

Décoratrice des célèbres vitrines de la maison Hermès et directrice du Comité Couleurs de la Soie, Leila Menchari, 80 ans, a su matérialiser ses visions d’artiste avec intelligence, tissant ainsi au fil des années la réputation de la boutique de la rue Saint Honoré à Paris.

Depuis son enfance à Tunis, dont elle a précieusement conservé la générosité et la chatoyance des couleurs jusqu’à son départ en 2013, l’intéressée peut regarder le chemin parcouru avec fierté.

En 1961, tout juste sortie des Beaux-Arts de la capitale française après plusieurs années à l’école d’arts plastiques de Tunis, sa ville natale, l’audace et la profonde envie de créer l’amènent à solliciter un entretien avec Annie Beaumel responsable à l’époque du pôle artistique chez Hermès. L’interlocutrice perçoit aussitôt le potentiel de la jeune femme qui lui montre ses croquis.

A la demande bienveillante de sa protectrice, elle imagine une calèche extraordinaire. La sortie du parfum du même nom est l’occasion de créer une saynète originale pour Hermès. Jean-Louis Dumas, alors en poste en tant que PDG, est lui aussi conquis par le charme créatif de cette jeune prometteuse. Toute sa carrière, L. Menchari a mis en valeur sa griffe au savoir-faire unique.

Neuf des cent-trente vitrines réalisées pour le sellier seront reconstituées par Nathalie Crinière, ce mois-ci au Grand Palais de Paris (galerie sud). Des mosaïques marocaines à l’arrière plan, des sacs Birkin, du cuir, des sacs, des étoles… Cette combinaison sophistiquée dégage ainsi un naturel chic emprunt de merveilleux.

Par ailleurs, des étoffes soyeuses et légères se suspendent élégamment au-dessus de tentes berbères, des valises croco donnent au voyageur attentif un goût d’évasion dans un monde sauvage et distingué où les forêts rendent à la conscience une idée de profusion et de mystères naturels.

« J’ai toujours voulu que ce soit authentique, sincère. Il m’est arrivé d’être surréaliste, j’adore ça, mais toujours avec des choses vraies, des choses que les gens pouvaient reconnaître, explique-t-elle. Il fallait à la fois que cela soit inattendu, insolite, surprenant, et que cela parle aux passants. »

Les matières sont les florilèges de sa conception thématique. Au cours d’un entretien filmé avec Jeanne Moreau, projeté il y a quelques mois à l’ambassade de Tunisie, la Reine Mage, comme on l’appelle, avait conté sa démarche propre à tous les talents : de l’ingéniosité et une volonté de s’entourer des meilleurs (coloristes, cordonniers, mosaïstes, nattiers, sculpteurs, maroquiniers, verriers, tailleurs de pierre). L'occasion de nous rappeler qu’une réussite est un savant mélange entre passion, potentiel et belles rencontres.

La Rédaction

Source : Le Monde

 
Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email