Etats-Unis : Donald Trump remporte les élections et plonge le monde dans l'incertitude

Publié le 09.11.2016, 14h28 par La Rédaction | 39 vues | 0 Commentaires

Etats-Unis : Donald Trump remporte les élections et plonge le monde dans l'incertitude Etats-Unis : Donald Trump remporte les élections et plonge le monde dans l'incertitude

Contre toute attente, Donald Trump remporte largement les élections américaines après avoir obtenu 289 grands électeurs alors que 270 suffisaient pour franchir les portes de la Maison Blanche. Le candidat, qui a placé sa campagne sous le signe de la polémique, pourra en outre compter sur le soutien du Congrès et de la Chambre des représentants demeurant sous pavillon républicain.

Le sulfureux candidat a dessiné sa victoire sur la conquête des swing-states, ces Etats qui ne sont historiquement pas étiquetés démocrate ou républicain et dont le nombre de grands électeurs est décisif pour l'issue de la présidentielle. Il l'a ainsi emporté en faisant la différence en Floride (29 grands électeurs), en Pennsylvanie (20), dans l’Ohio (18), en Caroline du Nord (15), ainsi que dans l’Iowa (6).

Quant à l’Alaska, l’Arizona, l’Utah, le Montana, l’Idaho, le Wyoming, le Kentucky, l’Indiana, la Louisiane, le Missouri, la Géorgie, la Virginie-Occidentale, le Tennessee, l’Oklahoma, le Mississippi, la Caroline du Sud, le Dakota du Nord et le Dakota du Sud, le Nebraska, le Kansas, le Texas, l’Arkansas, le Wisconsin et l’Alabama, ces derniers ont également rejoint le giron Trump.

Néanmoins, l'arrivée du magnat de l'immobilier à la tête de la première puissance mondiale ouvre fatalement une grande période d'incertitudes que ce soit le sol américain, mais aussi à l'international où des dossiers cruciaux restent dans l’expectative.

De nombreux changements à prévoir

Localement, c'est l'argument phare de la campagne de Trump qui plonge le pays dans le désarroi le plus total. Il s'agit de la politique d'immigration extrêmement clivante et autarcique couplée à "une haine" non dissimulée contre les Musulmans.

Cette tendance n’est guère surprenante puisque l’homme a fait de la mouvance anxiogène sécuritaire son cheval de bataille en diabolisant la communauté musulmane. Lors d’un récent discours électoral devant une foule acquise à sa cause, il n’avait d'ailleurs pas hésité à utiliser des mots populistes plus que dérangeants : « Le pire est à venir,  nous allons subir plus de World Trade Centers. » 

Trump désire ainsi expulser la majorité des clandestins présents aux Etats-Unis (11 millions au total), en ciblant prioritairement ceux qui ont un casier judiciaire ou ceux dont l’arrivée sur le territoire est récente. Pour cela, il compte durcir la politique américaine des visas envers les pays étrangers qui refusent de les accepter sur leur sol. En ce qui concerne la frontière mexicaine, il n'a jamais caché sa volonté qu'un mur plus hermétique sépare les deux Etats.

Sur le chapitre international, d'autres remous sont bien entendu à prévoir, à commencer par l'épineuse problématique militaire cristallisée par la menace djihadiste en Syrie et en Irak. Si l'intéressé a promis de l’annihiler à 100 %, il est toutefois resté discret sur les moyens d'y parvenir. Les cartes au sein de la coalition internationale pourraient dès lors être redistribuées comme le laisse supposer ses propos plus qu’évocateurs : « Nous nous entendrons avec tous les pays qui veulent s’entendre avec nous. »

Enfin, d’autres grands accords mondiaux sont d'ores et déjà menacés à l’instar de l’Accord de Paris sur le climat (COP 21) ou certaines passerelles économiques négociées (ou en négociation) avec la Chine, l'UE, le Mexique ou encore le Canada, jugées « destructrices d’emplois » sur le marché domestique.

La Rédaction

Sources : L'Express et Le Monde

 

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email