Norvège : l'aviation rime également avec le tout-électrique

Publié le 23.12.2019, 15h04 par La Rédaction | 11 vues | 0 Commentaires

Norvège : l'aviation rime également avec le tout-électrique Norvège : l'aviation rime également avec le tout-électrique


Alors que la Norvège souhaite devenir le nouvel eldorado des voitures hybrides et électriques, Oslo a décidé d'en faire de même en ce qui concerne ses avions court-courriers. Plus gros producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest, la Norvège est aussi pionnière en matière de mobilité électrique.

Le géant scandinave vise en effet 100% d'immatriculations de véhicules zéro émission dès 2025. Sachant qu'il abrite également le premier ferry électrique depuis 2015, souligne La Tribune de Genève. Désormais, l'objectif norvégien est clairement d'électrifier le ciel alors que les experts estiment à environ 5% la contribution du transport aérien au réchauffement climatique via ses émissions de CO2, d'oxydes d'azote ou encore de vapeur d'eau.

"Dans mon esprit, cela ne fait aucun doute. D'ici 2040, la Norvège fonctionnera au tout-électrique car les avionneurs voient qu'ils doivent s'y mettre. Sinon, un nouveau Tesla prendra leur place", promet ainsi Dag Falk-Petersen, chef d'Avinor, l'opérateur national des aéroports publics, auprès de la Tribune de Genève.

Un marché encore en friche

Cette velléité environnementale promet donc de developper un marché qui n'en est encore qu'à ses balbutiements. Un virage que Rolls-Royce, Siemens et Airbus ne comptent pas rater. Le trio s'est en effet associé pour façonner à l'horizon 2020 l'E-Fan X, un démonstrateur électrique hybride.

"L'un des plus gros défis est le stockage de l'électricité mais la technologie des batteries est probablement celle qui attire le plus d'investissements au monde", tient d'ailleurs à rassurer Glenn Llewellyn, directeur d'Airbus Électrification. Quant au transporteur régional, Widerøe, ce dernier entend renouveler sa flotte de bimoteurs Dash 8 avec des appareils à propulsion électrique d'ici 2030, poursuit le média.

a"Il y a encore beaucoup de questions à régler : les conditions glaciales, les vents forts...", prévient néanmoins son président Stein Nilsen. "Mais si on y arrive ici en Norvège, je suis certain que cet appareil pourra faire face à n'importe quelles conditions, n'importe où dans le monde."

Crédit photo : Piqsels

La Rédaction

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email