Tout juste réélu, Idriss Déby poursuit le redressement du Tchad

Publié le 30.05.2016, 18h44 | 122 vues | 0 Commentaires

Tout juste réélu, Idriss Déby poursuit le redressement du Tchad
 
Officiellement réélu président de la République tchadienne, Idriss Déby poursuit l'entreprise de redressement du pays qu'il a commencée il y a plusieurs années. Si plusieurs voix se sont élevées à l'international pour dénoncer la mainmise d'une homme sur le pouvoir, la présence d'une personnalité forte sur le long-terme semble plutôt favorable à un pays comme le Tchad, en reconstruction globale. 
 
En Afrique, période électorale rime rarement avec paix sociale. À l'approche du premier tour des élections présidentielles organisé le 10 avril dernier, le Tchad n'a pas dérogé à la tradition d'un mouvement de contestation visant le président en place. En route vers un cinquième mandat, Idriss Déby a donc essuyé les traditionnelles critiques de l'opposition, mais aussi plusieurs appels à la rébellion qui ont semé la confusion au sein de la société civile et provoqué un large mouvement de grève.
 
Autorité et vision politique pour sortir de la guerre civile
 
A la suite de l'arrestation de cinq des leaders de cette fronde violente, dont quatre ont depuis été relâchés, certains titres de la presse internationale ont accusé le président tchadien de porter atteinte à la justice et aux libertés individuelles dans le simple but de s'accrocher au pouvoir. En plus de jeter du discrédit sur la réputation d'Idriss Déby, ainsi que sur le pays tout entier, ce faux procès vise en fait à dénoncer la longévité du chef de l'État, à la tête du pays depuis 1990 après en avoir écarté Hissène Habré avec l'appui de la France.
 
Régulièrement remis sur la table, le sujet de la limitation du nombre de mandats présidentiels est plus complexe qu'il n'y paraît, tout particulièrement dans la région extrêmement conflictuelle où se situe le Tchad. Bordé par la Libye au nord, le Soudan à l'est, la République centrafricaine au sud et la Cameroun, le Nigeria et le Niger à l'ouest, le pays de 12,8 millions d'habitants a lui-même connu une terrible guerre civile entre 2005 et 2009 suite à l'afflux de réfugiés soudanais et centrafricains.
 
Anticipant les attaques de milices armées aux frontières, Idriss Déby a fait modifier la constitution nationale en 2004 pour permettre sa réélection et ainsi ne pas laisser le peuple tchadien aux mains de groupes armés étrangers. Grâce à son autorité et à sa vision politique, il a conduit le Tchad vers une paix durable, condition nécessaire à l'amélioration notable de la situation socio-économique du pays. Un parcours qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler celui du général De Gaulle, en son temps favorable à un pouvoir fort encadré par des institutions tout aussi fermes pour mettre le pays sur de bons rails.
 
Une efficacité et un charisme reconnus à l'international
 
Face à la menace terroriste qui a envahi l'Afrique centrale depuis plusieurs années, Idriss Déby a également fait preuve d'une efficacité incontestable pour sécuriser la région. En 2013, il a décidé de déployer l'armée tchadienne au-delà des frontières nationales afin de venir en aide au Cameroun et au Nigeria, durement touchés par le terrorisme. Cette initiative a donné naissance à une coalition militaire régionale de 9 000 hommes, qui a permis de repousser considérablement les troupes de Boko Haram dans la zone. N'Djamena, la capitale tchadienne, abrite d'ailleurs le quartier général de cette force d'intervention armée ainsi que l'état major français de l'opération Barkhane, qui lutte contre les groupes terroristes au Sahel.
 
Preuve de la reconnaissance de son action à l'échelle internationale, Idriss Déby a été nommé président de l'Union africaine fin janvier dernier, afin de mettre son aura et son expérience politique au service du continent tout entier. Sa réélection annoncée à la tête du Tchad constitue donc une promesse pour le pays de consolider ses bases politiques et sociales afin d'émerger dans une économie africaine riche en opportunités. À condition que les troubles sociaux cessent au plus vite et que la confiance s'installe de nouveau autour du président de la République...
 
Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email