Trois prisonniers algériens assassinés en Irak

Publié le 08.04.2015, 17h59 par La Rédaction | 1655 vues | 0 Commentaires

Trois prisonniers algériens assassinés en Irak Trois prisonniers algériens exécutés en Irak

Trois prisonniers algériens exécutés en Irak

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme fait état de l’exécution de trois Algériens dans des prisons irakiennes, par des milices pro-gouvernementales. Elle condamne fermement l’assassinat de ces Algériens et exprime sa « profonde préoccupation » quant au sort des nombreux prisonniers algériens qui croupissent depuis des années dans les geôles de ce pays.

Selon l’organisation de défense des droits de l’homme, les milices pro-gouvernementales auraient exécuté au moins 16 prisonniers à Nassiriyah dans le sud de l’Irak, dont trois victimes sont algériennes. La LADDH se réfère à « un court message envoyé par l’un des prisonniers algériens en Irak ».

Cette organisation confirme que « le meurtre de prisonniers est une flagrante violation du droit international, au moment où la communauté internationale a dénoncé, à juste titre, les actes atroces commis par la nouvelle nébuleuse terroriste appelée Daech.

La ligue attire l’attention sur le fait que les familles dont les membres risquent d’être exécutés dans des prisons irakiennes, envisagent de monter au créneau et d’entamer une grève de la faim devant le ministère des Affaires étrangères, pour pousser le gouvernement à agir afin de « sauver » leurs enfants.

La LADDH  appelle à la désignation d’une commission d’enquête internationale qui se pencher sur « les allégations de violations graves du droit international relatif aux droits humains, commises par toutes les parties au conflit en Irak, y compris les forces gouvernementales et milices pro- gouvernementales ». Cette enquête devrait, précise cette organisation, viser à « établir les faits et identifier les responsables de violations graves, afin de s’assurer qu’ils puissent être traduits en justice ».

En novembre 2014, la LADDH avait tiré la sonnette d’alarme sur les conditions d’emprisonnement d’une dizaine d’Algériens dans ce pays en guerre permanente depuis son invasion par l’armée américaine en 2003.

Plusieurs détenus algériens sont morts en détention, des suites de tortures à l’aide de câbles et de tuyaux, de chocs électriques ou encore d’arrachage d’ongles et d’asphyxie. Les corps de certains ont été troués avec des perceuses. Ces pratiques visent souvent à extirper des aveux, qui demeurent la preuve privilégiée par la justice irakienne. Les familles des détenus ne cessent, depuis plus de 10 ans, de demander l’intervention personnelle du président de la République afin que la vie de leurs enfants soit préservée. En vain.

 

Source: Impact24.info

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email