Politique alimentaire : la situation s'améliore au Maghreb

Publié le 25.10.2016, 17h50 par La Rédaction | 71 vues | 0 Commentaires

Politique alimentaire : la situation s'améliore au Maghreb Politique alimentaire : la situation s'améliore au Maghreb

Un rapport de l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (Ipfri), publié au mois d'octobre et portant sur les pays en développement, démontre que les Etats maghrébins ont nettement progressé depuis 1992 en matière de lutte contre la sous-alimentation.

L'étude souligne que le niveau de l'indice de la faim (GHI) au sein des nations en développement a baissé de 29% depuis le début du XXI ème siècle. Pour rappel, cette évaluation annuelle, allant de 0 à 100, se base sur trois critères :

Les deux premiers se focalisent sur la sous-alimentation touchant les enfants de moins de cinq ans (déterminée en fonction de leur poids) et celle frappant les individus de plus de cinq ans (déterminée en fonction de l'apport calorique). Le troisième établit de son côté un état des lieux de la mortalité infantile qui en découle.

Concrètement, en dessous de 5, le niveau de faim est considéré comme bas; de 5 à 10 : modéré; de 10 à 20 : grave; de 20 à 30 : alarmant; et au-dessus de 30 : extrêmement alarmant.

L'Algérie, la Tunisie et le Maroc participent ainsi pleinement à cette embellie puisque Tunis (42ème), Alger (38) et Rabat (42) occupent une place encourageante au sein d'un classement regroupant 118 pays au total.

Leur note respective est en conséquence passée de 13,6 en 1992 à 5,5 en 2016 pour la Tunisie, de 16,8 à 8,7 pour l'Algérie et enfin de 18,3 à 9,3 pour le Maroc.

Quant aux mauvais élèves (ceux dont le GHI est considéré comme extrêmement alarmant), ces derniers se situent majoritairement en Afrique subsaharienne, à l'image de la République Centrafricaine qui flirte actuellement avec un score de 53.

Quoi qu'il en soit, 795 millions de personnes à l'échelle de la planète souffriraient encore de la faim, soit une sur neuf, rappelle le Programme alimentaire mondial (PAM). Nous sommes donc encore loin du défi "Faim Zéro 2030" prôné par les Nations unies.

La Rédaction

Sources : TSA, et Le Monde

 

 

 

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email