Maroc : le TGV prévu avant juin 2018 !

Publié le 01.06.2016, 14h42 par La Rédaction | 299 vues | 0 Commentaires

Maroc : le TGV prévu avant juin 2018 ! Le TGV prévu avant juin 2018

Le compte à rebours est lancé. Les Marocains pourront voyager en TGV dans un délai de deux ans, a annoncé l'Office national des chemins de fer (ONCF) le 27 mai dernier.

Le projet serait même proche de son épilogue souligne son directeur, Mohamed Rabie Khlie, à l'occasion du premier colloque national de la grande vitesse ferroviaire organisé à Tanger : "Les travaux sont avancés à 80% et les essais techniques des rames sur les voies de la ligne à grande vitesse (LGV) démarreront à la fin 2017", a-t-il assuré à Médias24. Avant d'ajouter dans la foulée "qu'un kilomètre de rail était posé chaque jour."

Le gain de temps pour les usagers sera ainsi exponentiel puisqu'il sera possible de rejoindre Rabat depuis Tanger en seulement 1h20 contre 3h45 auparavant. Idem pour la liaison Tanger-Casablanca (2h10 au lieu de 4h45) et celle reliant Tanger et Kénitra (47 minutes au lieu de 3h15) !

M.Khlie a toutefois apporté certaines précisions quant à la mission poursuivie par la structure en terme de volumétrie de passagers, à savoir six millions chaque année : "A cette fin, il y aura un départ à chaque heure de Casablanca et de Tanger, avec l’objectif d’atteindre un taux de remplissage moyen des trains de 70%. D'autre part, chaque train aura une capacité allant de 532 à 1064 places".

Un service à la portée de tous ?

Autre élément, et pas des moindres, "les places seront également disponibles à la réservation six mois avant l'entrée en service du TGV", a-t-il indiqué.

Néanmoins, un mystère subsiste parallèlement. Il s'agit du prix des billets sur lequel l'organisme n'a pas encore souhaité communiquer. Nombre de Marocains redoutent en effet que le TGV soit un mode de transport trop onéreux pour les plus modestes. Les règles du yield management devraient ainsi s'appliquer à cette fin.

A noter que les prestataires clés du projet se nomment la Société nationale des chemins de fer français (SCNF), chargée de la formation et de la maintenance, Alstom qui s'occupe pour sa part de la livraison des rames de train, et Colas Rail Maroc en partenariat avec Egis Rail, dont les prérogatives se focalisent sur la conception-construction de la Ligne à grande vitesse entre Tanger et Kénitra, portant sur 185 kilomètres de voies doubles.

Mathieu Portogallo

Source : L'Usine Nouvelle

 

 

 

 

 

 

 

 

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email