Daech en Syrie: sur les traces des djihadistes algériens

Publié le 31.05.2015, 12h58 par La Rédaction | 1731 vues | 0 Commentaires

Daech en Syrie: sur les traces des djihadistes algériens Les soldats algériens

Les soldats de l'armée algérienne

Ce dossier soulève des questions : Aqmi s’est-elle transformée en réseau de recrutement pour Daech ? La Turquie agrée-t-elle les réseaux de transit de terroristes se rendant en Syrie ? 

Les gendarmes de la Section de recherches de la wilaya de Boumerdès ont arrêté un élément de Daech qui revenait, blessé par balle au cou, de Syrie. Il s’agit de de A. M. âgé de 32 ans, originaire de la commune de Sidi-Daoud, dans l’est de la wilaya de Boumerdès, que les gendarmes ont présenté devant le procureur du tribunal de Dellys, dans la même région, lequel l’a inculpé de crime d’adhésion à un groupe terroriste activant à l’étranger et financement de l’action de terrorisme.

Un autre élément A. R. (repris de justice) âgé également de 32 ans, issu de la même commune de Sidi-Daoud et cousin de A. M., a été placé sous contrôle judiciaire. Selon des sources sécuritaires, A. M. est parti faire le djihad en Syrie, en janvier 2014. Il avait quitté l’aéroport Houari- Boumediène à Alger avec un faux passeport, pour transiter par la Turquie avant de rejoindre, en Syrie, l’armée des combattants libres de l’Etat islamique (Daech).

Le faux passeport lui a été confectionné par un membre de sa famille avec un nom d’emprunt (A. R.). Ce terroriste du Daesh est revenu au pays pour atterrir, début 2015, à l’aéroport international d’Alger avec un autre faux passeport.

Dans cette affaire, tout a commencé par la poursuite d’une enquête sur un attentat à la pudeur contre mineur pour laquelle ce terroriste faisait l’objet d’un mandat d’arrêt lancé, en 2013, par le tribunal de Dellys. Une fois capturé par les gendarmes de la brigade de Sidi- Daoud, le criminel a été remis aux gendarmes de la section de recherches dépendant du Groupement de Boumerdès. 

Ces derniers ont eu la perspicacité d’approfondir leurs investigations pour découvrir que l’élément du Daech revenait de Syrie où il a certainement contribué au génocide contre les populations syriennes. Puisqu’il a été blessé par balle, donc il a fait partie des unités combattantes de l’EI. 

Ce dossier soulève nombre de questions et certainement d’inquiétudes liées à la filière de recrutements, en Algérie, de djihadistes pour Daech. Il suscite, par ailleurs, des interrogations sur les réseaux d’acheminement des terroristes allant vers les pays en guerre. 

A. M. est parti, rappelons-le, avec un faux passeport et il est revenu au pays, après avoir été blessé, avec un autre faux passeport. Qui l’a encouragé à s’enrôler au Daech ?

Les gendarmes de Boumerdès révèlent que le djihadiste a transité par la Turquie. Quelle est la position de cet Etat dans cette affaire ? Est-ce que A. M. a été soigné au pays et par qui ? Seconde constatation, la région de Sidi-Daoud a toujours fait partie du fief de la redoutable katibat El-Ansar affiliée au GIA, puis au GSPC et ce qui restait de son effectif avait rejoint Aqmi.

Dès lors, au vu de cette affaire, une question se pose : Aqmi étant mise en grande difficulté par les services de sécurité pour activer à Sidi-Daoud ou ailleurs dans le Tell algérien et afin de continuer d’exister, sera-t-elle transformée en réseau de recrutements pour Daech ? 

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email