L'Arabie Saoudite accuse l'Algérie de financement du terrorisme

Publié le 20.05.2015, 11h17 par La Rédaction | 1231 vues | 0 Commentaires

L'Arabie Saoudite accuse l'Algérie de financement du terrorisme Adel Al Jubeir, ministre saoudien des Affaires étrangères

Adel Al Jubeir, ministre saoudien des Affaires étrangères

Une nouvelle fois, le Royaume saoudien se distingue. A en croire le journal Mekka, le ministère des Affaires étrangères de ce pays a envoyé une note à d’autres départements « afin de faire preuve de prudence et de vigilance dans les opérations financières avec 11 pays », dont l’Algérie.

La note des autorités saoudienne distingue deux catégories de pays. La première est celle des Etats qui « ne font pas attention » aux opérations de blanchiment d’argent et de financement de terrorisme. C’est notamment le cas de l’Iran et de la Corée du Nord.

Quant à l’Algérie, elle est mise dans la catégorie des pays qui « n’appliquent pas » les règles du Gafi (Groupe d’action financière), un organisme des Nations-Unies qui s’occupe de la lutte contre le blanchiment d’argent et de la lutte contre le terrorisme. En plus de l’Algérie, les Saoudiens mettent en garde contre la Syrie, le Yémen, le Pakistan, la Birmanie, l’Ethiopie et la Turquie.

Cette directive du ministère saoudien des Affaires étrangères a été vite relayée par d’autres départements. Le document énumère les étapes à suivre pour un meilleur contrôle de l’argent qui provient des pays incriminés, dont l’Algérie.

Il s’agit notamment du « durcissement des conditions d’identification des clients, afin de connaître l’identité du véritable bénéficiaire, avant toute transaction avec les personnes physiques ou morales dans les pays qui présentent une faiblesse dans leurs dispositifs ou n’appliquant pas les recommandations du Gafi contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme ».

Les autorités saoudiennes demandent de « se conformer scrupuleusement aux notes d’avertissement établies par le Gafi, aux résolutions du Conseil de sécurité ou de la commission chargée de l’application du chapitre VII de la Charte des Nations unies en la matière».

Etrange comportement d’un pays pourtant connu pour être un des grands financiers du terrorisme. Un fait reconnu par toutes les puissances occidentales. Les Saoudiens, qui s’érigent aujourd’hui en donneurs de leçons, ont été les principaux bailleurs de fonds des groupes terroristes algériens durant les années 1990.

Source: Impact24

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email