La crise économique 2008 responsable d'une surmortalité édifiante

Publié le 23.09.2020, 16h23 par La Rédaction | 14 vues | 0 Commentaires

La crise économique 2008 responsable d'une surmortalité édifiante La crise économique 2008 responsable d'une surmortalité édifiante


La crise bancaire et financière de l’automne 2008, qui faisait suite à celle des subprimes l’année précédente, aurait directement engendré une surmortalité mondiale liée aux différentes formes de cancer, révèle une étude de la revue britannique The Lancet.

Ainsi, la hausse du chômage et les coupes budgétaires dans le secteur de la santé qui en découlent, siègent en bonne place sur le banc des accusés, souligne le média : "On associe la récente crise économique à 260 000 morts supplémentaires par cancer dans les pays de l’OCDE entre 2008 et 2010, dont 160 000 au sein de l’Union européenne."

Le docteur Mahiben Maruthappu, qui chapeaute les recherches à l’Imperial College de Londres, précise d’ailleurs dans la foulée "qu’à l’échelle planétaire, on dénombre bien plus de 500 000 morts supplémentaires par cancer pendant cette période." 

Avant de poursuivre : "Le cancer est la cause principale des décès dans le monde, donc comprendre comment les changements économiques peuvent influer sur la survie à cette maladie est crucial."

Et de conclure sur une note alarmante : "Nous avons découvert que la hausse du chômage était associée à une augmentation de la mortalité par cancer, mais que la couverture de santé générale protégeait la population contre ces effets (…) Des économies sur les soins de santé peuvent donc coûter des vies, car le lien entre chômage et surmortalité a été le plus marqué pour les cancers que l’on peut traiter”, explique-t-il.

Ce dernier cible en conséquence "les cas de cancer du sein, de la prostate ou encore le cancer colorectal." Plus concrètement, l’étude démontre qu’une hausse du chômage d’un pourcent engendrerait 0,37 mort par cancer supplémentaire pour une population de 100 000 habitants. Les chiffres s’élèvent quant à eux à 0,0053 mort supplémentaire pour un accroissement d’un pourcent des coupes budgétaires dans le secteur de la Santé.

*Les équipes britanniques et américaines ont utilisé des données de la Banque mondiale et de l’OMS, en se focalisant sur les liens de cause

La Rédaction

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email