Algérie: les militants du FLN dénoncent cette mascarade

Publié le 26.05.2015, 9h55 par La Rédaction | 1803 vues | 0 Commentaires

Algérie: les militants du FLN dénoncent cette mascarade Algérie: les militants du FLN dénoncent cette mascarade

Algérie: les militants du FLN dénoncent cette mascarade

Algérie - Des militants de base du FLN, venus de plusieurs wilayas du pays, ont clairement signifié leur refus du 10e congrès prévu par le tant décrié secrétaire général, Amar Saâdani, à partir d’après-demain.

Ceci en organisant, hier lundi, un sit-in pas loin du siège national du parti, à Hydra, sur les hauteurs d’Alger. Car bien avant que les près de 150 militants dont des cadres connus du parti comme Abdelkrim Abada, Kassa Aïssi et Rachid Boukerzaza, n’arrivent sur les lieux, les alentours du siège du vieux front, qui étaient totalement bouclés par des forces antiémeutes dépêchées en assez grand nombre, ont filtré les accès.

Ce qui a contraint les contestataires qui commençaient à affluer sur les lieux sous une pluie fine, à se rabattre sur la ruelle parallèle, près de l’agence postale. Là, se tenant des deux côtés de la chaussée, ils ont durant près de deux heures, signifié clairement leur refus de ce congrès de la «honte» comme plus d’un l’a qualifié.

«Le FLN est la propriété de ses seuls militants», «la France de Saâdani nous a octroyés l’indépendance», «Saâdani, le FLN est à Khenchela et Arris pas à Paris», «non à la marginalisation des cadres du FLN» et «Saâdani dégage !».

Tels étaient, entre autres, les mots d’ordre portés sur des banderoles et entonnés par moments par les contestataires qui en avaient visiblement gros sur le cœur. Et tous dénoncent la mainmise du clan Saâdani dans les préparatifs de ce congrès «préfabriqué» et d’où «les authentiques fils du front sont systématiquement écartés».

«Pas une assemblée générale pour élire les délégués des kasmas au congrès ne s’est tenue», disent-ils à l’unisson. «Je suis militant du parti depuis 1989 et jamais je n’ai assisté à des préparatifs aussi confus que ceux en cours pour ce congrès de la honte», affirmera, pour sa part, un cadre venu de la lointaine Barika, dans la wilaya de Batna.

Un camarade à lui de Dirah, dans la wilaya de Bouira dira que le délégué de la kasma locale, désigné par le nouveau mouhafedh de Sour El Ghozlane, «n’est autre qu’un membre du conseil national du TAJ», le parti de Amar Ghoul. Et de faire part que deux autres délégués au congrès, eux aussi désignés, ne sont autres que deux étrangers au parti, qui se sont présentés il n’y a pas longtemps sur les listes électorales d’autres partis.

Mohamed Messadia, membre du comité central, venu de Souk-Ahras, soutiendra que le FLN a pris un sacré coup depuis l’arrivée à sa tête de Ammar Saâdani. «Le parti a perdu son identité, ses repères, son discours. Depuis son arrivée, il ne fait qu’insulter les autres partis et ceux qui ne sont pas avec lui et les dénigrer. Il a porté un sacré préjudice au front», signifiera-t-il. 

Et si le congrès se tiendrait malgré tout ? La réponse est unanime chez ces militants qui n’en font pas une obsession. «Ce sera dans ce cas, un congrès et une nouvelle direction qui n’auront pas la légitimité de la base et le combat continuera», dira Messadia.

Pour sa part, Abdelkrim Abada, qui était présent mais discrètement en compagnie de Rachid Boukerzaza, lui qui tenait la veille à préciser que cette action était celle de la base, fera part d’une rencontre, ce matin, à Alger lors de laquelle la liste des députés et des membres du comité central du parti qui s’opposent à ce congrès sera rendue publique.

Il dénoncera, au passage, le nouveau chef du groupe parlementaire du parti d’avoir instruit tous les mouhafedhs de mobiliser une cinquantaine de baltaguias, chacun pour les besoins de l’encadrement de ce congrès qui, visiblement, consacrera la division, une de plus, au sein du vieux front. 

Et dans une déclaration lue en leur nom par Abderrahmane Bousbaâ, député de Constantine et membre du comité central, les contestataires de ce 10e congrès du FLN s’en remettent au président d’honneur du parti, le président de la République, afin qu’il «intervienne pour arrêter cette mascarade et l’annulation de ce congrès de la honte».

Ils expriment également leur refus catégorique de cette «mascarade et cette «pièce théâtrale» avec, comme acteurs, des «représentants étrangers au parti et au militantisme de façon générale».

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email