Donald Trump ne regrette pas ses propos sur les Musulmans

Publié le 03.01.2016, 23h52 par La Rédaction | 83 vues | 0 Commentaires

Donald Trump ne regrette pas ses propos sur les Musulmans Donald Trump maintient ses propos sur les Musulmans

Le candidat républicain qui souhaite, ni plus ni moins, interdire l’entrée des Etats-Unis à l’ensemble des Musulmans suite à l’attentat de San Bernardino, persiste et signe.

La directrice de campagne de Trump, Corey Lewandowski, déclarait début décembre que cette mesure s’appliquerait à tous les Musulmans sollicitant des visas d’immigration ainsi qu’aux touristes cherchant à entrer dans le pays. Donald Trump précisait de son côté que « la décision devrait être maintenue jusqu’à ce que les représentants américains soient en mesure d’évaluer la menace. »

Ces propos font froid dans le dos au XXIe siècle, d’autant plus qu’ils ont été prononcés par une personnalité influente d’un pays se voulant humaniste contre vents et marées. Il est donc surprenant que cet individu soit encore dans la course à la Maison Blanche.

Et pourtant, donné favori dans le camp républicain, Donald Trump avoue ne pas regretter ses propos extrémistes : « Je dis simplement ce qui doit être dit  » a-t-il sobrement réaffirmé aujourd’hui sur la chaine locale CBS.

Une politique basée sur la peur

Cette confirmation n’est guère surprenante puisque l’homme a fait de la mouvance anxiogène sécuritaire son cheval de bataille en diabolisant la communauté musulmane. Lors d’un récent discours électoral devant une foule acquise à sa cause, il n’avait pas hésité à utiliser des mots populistes plus que dérangeants : « Le pire est à venir,  nous allons subir plus de World Trade Centers. »  

Ces propos largement condamnés internationalement font également les affaires des groupes djihadistes, à l’image de l’organisation Al-Shabbaab (affiliée à Al-Qaïda) qui a appelé « les musulmans américains à fuir l’atmosphère oppressive de l’Occident pour les terres de l’islam » en utilisant un clip à l'effigie de Trump.

La candidate à la primaire démocrate, Hillary Clinton, s’est également insérée dans la brèche en utilisant le message de son rival pour servir ses objectifs électoraux. Elle n’a d’ailleurs pas hésité à l’assimiler « aux meilleurs recruteurs dont l’Etat Islamique puisse bénéficier. » En vain pour le moment, puisqu'il ne semble pas fléchir dans les sondages…

La Rédaction

Sources : The Herald Scotland - Sudinfo.be

 

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email