Maroc : une condamnation à double sens en matière d'adultère

Publié le 30.03.2017, 17h02 par La Rédaction | 187 vues | 0 Commentaires

Maroc : une condamnation à double sens en matière d'adultère Maroc : une condamnation à double sens en matière d'adultère

La femme d'affaires marocaine, Hind Achabi (38 ans), dirigeante de Dalia Air, a été condamnée à deux ans de prison par la chambre criminelle de Rabat, et cela pour adultère. Son amant a lui subi un sort beaucoup plus clément, avec une peine de sept mois d’emprisonnement. Les associations locales de défense des femmes crient au scandale.

Cette sanction à double tranchant fait actuellement débat au sein du Royaume tant la différence de traitement est nette entre Hind Achabi et Mohsine Karim Bennani, entrepreneur à succès. Pourtant les deux protagonistes sont aussi "fautifs" dans cette histoire, mais la Cour en a décidé autrement.

La juridiction s'est en effet appuyée sur les articles 490 et 491 du code pénal marocain prohibant les relations sexuelles hors mariage ainsi que l'adultère. Malheureusement, ces textes de loi engendrent généralement des décisions loin d'être favorables à la gente féminine, ce que contestent nombre de groupements associatifs qui demandent leur abrogation pure et simple.

Pour le cas de H.Achabi, les faits seraient même scandaleux, révèlent Marianne, puisque l'intéressée "aurait divorcé en 2014 de son ancien mari, un diplomate koweïtien en poste à Vienne. Seulement celle-ci n’a jamais pu obtenir du Koweït les documents du divorce."

Mais ce n'est pas tout, elle a également été condamnée pour falsification, pour avoir présenté une photocopie de l'acte, faute de mieux. La note est donc plus que salée...

La Rédaction

Source : Marianne

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email