Mauritanie et esclavage, véritable pléonasme

Publié le 02.06.2020, 8h13 par La Rédaction | 87 vues | 0 Commentaires

Mauritanie et esclavage, véritable pléonasme Esclavage en Mauritanie


Face à l'esclavagisme galopant régnant en Mauritanie, le leader du mouvement abolitionniste de l'IRA, Biram Dah Abeid, monte régulièrement au créneau pour remettre les points sur les i dans ce dossier. En atteste son intervention dans un meeting en début d'année pour dénoncer le déni gouvernementale en la matière.

« Je suis d’accord avec le chef de l’Etat (Mohamed Ahmed El-Ghazouani) quand il dit que la Mauritanie n’institutionnalise pas l’esclavage dans ses lois modernes. Mais la Constitution stipule que la source de la loi en République islamique de Mauritanie, c’est la charia. Et la charia islamique veut dire ici rite malékite. (Dans les faits), le rite malékite légitime non seulement l’esclavage mais il le codifie et le sacralise ! »

Face à ce déni étatique, l’intéressé (engagé sous la bannière du parti Sawab; une alliance qui lui permet d’aligner des candidats lors des différentes échéances électorales NDLR) veut désormais aller plus loin et demande à l’ONU d’ouvrir une enquête en la matière.

Et pour cause, la position de l’Etat sur cette triste réalité peut laisser perplexe, puisque outre son abolition en 1981, ce dernier a également érigé l’esclavage au rang de crime contre l’humanité, en vertu d’une loi votée en août 2015. Un texte sensé sanctionner  les contrevenants à des peines pouvant aller jusqu’à 20 ans d’emprisonnement, contre 5 à 10 ans auparavant.

Néanmoins, dans les faits, les résultats demeurent aux abonnés absents, puisque 43 000 personnes subissaient encore les conséquences de l’esclavage en 2016. Soit environ 1% de la population totale, souligne un rapport d’Amnesty International. Un chiffre qui continuera à prospérer, donc, faute d’une réelle volonté gouvernementale d’inverser la tendance.

« Les lois n’ont pas été mises en oeuvre ni appliquées de manière adéquate. En conséquence, ces textes n’ont vraiment eu aucune incidence sur la vie des gens », pestait ainsi en mars Alioune Tine, le directeur de l’organisation pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale.

Quant à François Patuel, chercheur pour l’Afrique de l’Ouest, ce dernier tirait à boulets rouges sur la langue de bois des autorités « qui ont choisi de s’en prendre à ceux qui s’opposent au discours officiel ».

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email