Tunisie : l'Instance Vérité et Dignité autorisée à poursuivre ses travaux

Tunisie : l'Instance Vérité et Dignité autorisée à poursuivre ses travaux

Publié le 28.05.2018, 19h51 par La Rédaction | 30 vues | 0 Commentaires

Tunisie : l'Instance Vérité et Dignité autorisée à poursuivre ses travaux Tunisie : l'Instance Vérité et Dignité autorisée à poursuivre ses travaux


Les familles des victimes issues de la dictature de Bourguiba et Ben Ali peuvent souffler. Un temps menacée, l'Instance Vérité et Dignité (IVD) a trouvé un terrain d'entente avec le gouvernement tunisien pour poursuivre ses travaux. 
Cette structure est en effet chargée d'enquêter sur les crimes et les violations des droits de l’homme commis entre 1955 et 2013 dans le pays.

Concrètement, la décision de Tunis de ne pas entraver le travail de l'IVD découle d'une logique implacable tant le nombre de dossiers à traiter - plus de 62 000 - et le nombre de personnes à auditionner - déjà plus de 50 000 entretiens réalisés - demeurent titanesques. 

Mais ce n'est pas tout, puisque l'instance doit également passer le relais dans un second temps à des chambres spécialisées pour que justice soit rendue aux victimes.

Malheureusement, ce processus dérange dans les hautes sphères politiques "à l'heure où certaines figures de l'ancien régime sont de retour au pouvoir", relaie RFI.

Dans ce contexte, il n'est donc pas certain que l'IVD aille au bout de sa mission, bien que la société civile locale maintienne un lobbying constant dans ce dossier... Tout comme la communauté internationale très regardante vis-à-vis des garanties démocratiques offertes par la Tunisie, seule rescapée du printemps arabe.

Comme le confirme le média, 32 dossiers au moins ont déjà été transmis aux tribunaux compétents. Quant au premier procès instruit par l'Instance, ce dernier "commencera le mardi 29 mai à Gabès, et concerne l'affaire Kamel Matmati, du nom d'un islamiste mort sous la torture en octobre 1991, à l'époque de Ben Ali".

Pour rappel, les plaignants appartiennent à l'ensemble du paysage politique (militants de gauche, islamistes ou encore syndicalistes), sachant que plus de 13 000 recours ont été déposés par des femmes.

Crédit photo : Instance Vérité et Dignité 

La Rédaction : 

Source : RFI

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email