L'OM Champions Project, ce n'est pas pour tout de suite

Publié le 06.09.2017, 12h58 par La Rédaction | 21 vues | 0 Commentaires

L'OM Champions Project, ce n'est pas pour tout de suite L'OM Champions Project, ce n'est pas pour tout de suite


Plus d'an après le rachat en grande pompe de l'Olympique de Marseille par Franck MacCourt, le nouveau projet du club phocéen pose question et devrait mettre plus de temps à porter ses fruits au plus haut niveau.

200 millions d'investissements transferts (hors salaires) en quatre ans. Telles étaient les promesses clamées par le magnat américain de l'immobilier lors de son arrivée à Marseille.

Aujourd'hui, si cette parole est pour le moment tenue (118 millions d'euros dépensés en deux mercatos), force est de constater que la donne a changé avec les investissements abyssaux consentis récemment par le PSG (222 M pour Neymar et 180 pour MBappé).

L'avenir de l'OM s'inscrit donc au mieux dans une configuration de futur barragiste de la C1 via une troisième place en championnat; les deux monstres que sont Paris et Monaco restant de lointains mirages dans la compétition domestique.

Pour autant, l'heure n'est pas encore à la dramaturgie du côté de la Commanderie puisque la vague de transferts estivale semble plus ou moins cohérente avec pas moins de six recrues.

Un projet à deux vitesses

L'équipe dirigeante menée par le communiquant, Jacques-Henri Eyraud (président), Andoni Zubizaretta (directeur sportif) et Rudy Garcia (coach) tenait en effet à renforcer toutes les lignes afin de consolider un groupe meurtri par les errances de son ex-patron, Vincent Labrune, alors sous perfusion financière du groupe Dreyfus.

Résultat, l'OM a accueilli un ancien de la maison (le gardien Steve Mandanda) deux nouveaux défenseurs centraux dotés d'une solide expérience internationale (Abdennour et Rami), un milieu relayeur qu'on ne présente plus (Luis Gustavo) et deux attaquants particulièrement complémentaires sur le papier, Valère Germain et Kostas Mitroglou. 

De quoi calmer temporairement la fronde des supporteurs qui n'hésitent pas à crier à l'escroquerie. Si le climat marseillais a tendance à grossir le trait, il serait de bon ton que Rudy Garcia enchaîne une série de victoires afin de ramener un peu de sérénité dans ce bateau ivre.

La déculottée monumentale reçue à Monaco récemment (6-1) ayant particulièrement marqué le marbre de son empreinte. ..

La Rédaction 

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email