Tunisie : les clubs de football bientôt contraints de payer les joueurs uniquement en dinars ?

Publié le 26.08.2016, 18h27 par La Rédaction | 47 vues | 0 Commentaires

Tunisie : les clubs de football bientôt contraints de payer les joueurs uniquement en dinars ? Tunisie : les clubs de football contraints de payer les joueurs en dinars ?

Alors que le pays traverse une crise financière tenace, la Banque centrale tunisienne a édicté un certain nombre de mesures destinées à lutter contre la dépréciation du dinar et le transfert de devises. Le football local pourrait ainsi être directement impacté, rapporte Le Monde.

Au regard de cette décision actée le 30 juin dernier, les clubs tunisiens feraient partie du package des institutions concernées, puisque ces derniers devront vraisemblablement rémunérer leurs joueurs uniquement en dinars. Et cela afin de lutter contre les méandres des marchés internationaux de divises où la monnaie tunisienne se porte très mal.

Une hypothèse dont les dirigeants locaux se seraient bien passés, tant l’argent demeure le nerf de la guerre en matière de transfert et à fortiori en terme de compétitivité, explique Gérard Buscher, l’entraineur de La Marsa (D1) : « Cette idée a été lancée sans concertation avec les présidents des clubs, qui sont évidemment un peu contrariés, martèle-t-il.

Avant de poursuivre, incrédule : « On a un peu l’impression qu’on fait porter aux sportifs étrangers la responsabilité de la mauvaise santé de l’économie tunisienne. Il y a trois étrangers par équipe, sachant que si certains ont de bons salaires, la plupart touchent entre 2 000 et 3 000 euros par mois. Et tous ne sont pas payés en devises. »

Dès lors, les arrivées de techniciens importants ou de joueurs dignes de ce nom dans le championnat tunisien pourraient être contrariées par le ministère de tutelle qui entend mener un contrôle strict sur ces opérations en prohibant toute utilisation d’une monnaie autre que le dinar.

Or, il n’est pas acquis que des Européens, par exemple, acceptent autre chose qu’un contrat dans la devise de leur choix afin de ne pas perdre d’argent au bureau de change, souligne Elyes Ghariani, dirigeant de l’Espérance Tunis :

« Payer uniquement les étrangers en dinars, on le fait à l’Espérance. Mais en Tunisie, ce n’est pas systématique, car certains étrangers ont des contrats en euros. Cette mesure pourrait en dissuader certains de venir en Tunisie »,  soupire-t-il, las.

Le marché parallèle comme alternative

Également contacté par le quotidien français, Mouldi Abichou, le président de l’Espérance Sportive de Zarzis (D1), évoque de son côté une situation utopique. S’il estime faire son job en rémunérant les joueurs uniquement en dinars et par virement bancaire, celui-ci admet parallèlement que ce système de régence financière trouve très vite ses limites.

Et pour cause, le dirigeant confie dans la foulée que le marché noir sera privilégié par nombre de joueurs afin de remédier à ce problème : « On sait que parfois, des joueurs se font arrêter à la douane avec des sommes en euros supérieures à ce qui est autorisé (ndlr 4 000 euros environ). », ajoute-t-il d’ailleurs gêné…

Cette mesure est donc appelée à animer la sphère footballistique tunisienne encore un certain temps, si une certaine cohérence n’est pas trouvée entre les acteurs concernés…

A Suivre …

La Rédaction

Source : Le Monde

 

 

 

 

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email