Facebook aime Paris, recrute une vingtaine chercheurs français

Publié le 03.06.2015, 0h12 par La Rédaction | 2074 vues | 0 Commentaires

Facebook aime Paris, recrute une vingtaine chercheurs français Facebook va implanter son laboratoire de recherches à Paris

Intelligence artificielle: Facebook va implanter son laboratoire de recherches à Paris

Facebook a annoncé officiellement l'implantation d'un laboratoire de recherches sur l'intelligence artificielle, a décidé de s'installer à Paris. Près de douze chercheurs dans le public et privé, ont déjà été recrutés.

Après Menlo Park (Californie) et New-York, Facebook, le réseau social aux 1,4 milliards d'utilisateurs, investit à Paris et créé un nouveau centre de recherches dédié à l'intelligence artificielle. A terme, une vingtaine de chercheurs permanents y travailleront.

 

«Nous avons choisi Paris pour sa concentration de talents dans le domaine de la recherche en informatique et en intelligence artificielle et avec lesquels nous voulons travailler», a déclaré lors d'un point presse Mike Schroepfer, le directeur technique de Facebook.

Il y a un peu plus d'an, le réseau social annonçait sa volonté de se consacrer à la recherche dans ce domaine en lançant un programme intitulé FAIR (Facebook Artificial Intelligence Research). C'est un Français Yann LeCun, qui a été choisi pour chapeauter le projet. Professeur à l'Université de New-York, spécialiste de l'intelligence artificielle, il a été débauché par Facebook fin 2013.

Facebook ambitionne de travailler sur le traitement automatique du langage, la reconnaissance du langage ou la reconnaissance d’images. Bref faire reproduire aux machines le fonctionnement du cerveau humain.

«Affiner la reconnaissance d’images permettra de donner aux internautes toutes les infos qu'ils veulent, de les trier en fonction de leurs centres d'intérêt», a affirmé Mike Schroepfer. Pour Yann LeCun la reconnaissance d'images permettra également «d'éliminer les spams et, à terme, les vidéo violentes».

Le centre parisien compte déjà 6 chercheurs de haut-vol, recrutés dans des institutions privées et publiques. Il sera dirigé par Florent Perronnin, qui a travaillé dans les laboratoires de Panasonic, en Californie, et de Xerox, à Grenoble.

Le FAIR parisien envisage par ailleurs d'établir des partenariats avec des universités  pour accueillir des doctorants et des post-doctorants. A terme, entre 40 et 50 personnes pourraient travailler pour ce laboratoire dont une vingtaine de chercheurs permanents.

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email