Tunisie : les Etats-Unis à la rescousse pour sécuriser la frontière libyenne

Publié le 29.03.2016, 19h09 par La Rédaction | 62 vues | 0 Commentaires

Tunisie : les Etats-Unis à la rescousse pour sécuriser la frontière libyenne Frontière Tunisie-Libye : système de surveillance

Washington a mandaté le géant américain du BTP, Aecom, afin d’aider Tunis à contrôler efficacement sa frontière avec la Libye. Le contrat s’élève à 25 millions de dollars annonce le Pentagone.

Cet axe est en effet un circuit préférentiel des djihadistes pour s’introduire sur le sol tunisien afin d’y répandre sang et chaos. La Tunisie est d'autre part « un important fournisseur » de combattants étrangers en Irak et en Syrie avec 3000 personnes présentes dans les rangs de l’Etat Islamique.

Ce chiffre éloquent laisse dès lors planer une menace importante pour les autorités locales qui redoutent que ces individus, formés préalablement en Syrie, puissent frapper à nouveau leur pays d’origine après une année 2015 dramatique.

Pour le moment, la frontière est sauvegardée par un mur de séparation constitué de monticules de sables et de tranchées imposantes remplies d’eau s’étendant sur près de 200 kilomètres.

Le ministre tunisien de la Défense, Farhat Horchani, soulignait d’ailleurs récemment que ce dispositif avait déjà « démontré toute son efficacité en stoppant des véhicules ainsi que des personnes qui essayaient de faire de la contrebande, surtout d'armes. »

Cependant, ce dernier avait conclu qu'il était indispensable que cette démarcation soit équipée d’un système de vidéosurveillance à la hauteur de la menace de plus en plus prégnante dans la région.

Une alliance USA-Tunisie dynamique

Quoiqu’il en soit, cet accord vient conforter une coopération militaire en pleine expansion entre les deux nations; les USA considérant la Tunisie comme « un allié majeur non membre de l’OTAN », et cela depuis l’an dernier, précise le communiqué. Les détails du futur système de surveillance électronique n’ont toutefois pas été divulgués, précise le média RFI.

L’agence gouvernementale US pour la réduction des menaces (également appelée « Bouclier de l’Amérique ») apportera également tout son savoir-faire au gouvernement tunisien. Cette structure est notamment connue pour avoir géré la destruction des armes chimiques sur le sol syrien et pour sa connaissance très pointue des armes biologiques.

Élément un peu dérangeant : Aecom a été amenée à travailler en Libye par le passé, lorsque ce territoire était dirigé par le défunt Mouammar Kadhafi.

Mathieu Portogallo

Source : RFI

 

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email