Tunisie : les touristes russes ravivent un secteur en pleine crise

Publié le 03.10.2016, 18h52 par La Rédaction | 74 vues | 0 Commentaires

Tunisie : les touristes russes ravivent un secteur en pleine crise Tunisie : les touristes russes ravivent un secteur en pleine crise

Alors que les touristes européens désertent les plages tunisiennes en raison de la menace djihadiste, les vacanciers russes n'ont jamais été aussi nombreux sur le territoire. Leur fréquentation a d'ailleurs été multipliée par huit depuis le début de l'année (par rapport à la même période en 2015).

Cette clientèle slave est particulièrement friande des offres all inclusive qui fleurissent à Sousse, Djerba ou encore Hammamet. Et ça le gouvernement l'a bien compris, puisque pour combler le vide laissé par les Occidentaux, un rapprochement a été opéré par Tunis avec les tour-opérateurs russes.

La ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Salma Elloumi Rekik, s'était en effet rendue à Moscou en décembre dernier afin d'entamer des pourparlers avec le Kremlin et les structures locales pour les convaincre de booster le flux de touristes russes vers la Tunisie, tout en y investissant massivement.

Mais ce n'est pas tout, une délégation de 18 voyagistes russes s'était également déplacée dans les régions de Nefzaoua et de Djérid en janvier dernier dans le but de se familiariser avec les spécificités du Sud Tunisien.

Une alternative qui porte ses fruits

Les efforts entrepris pour résorber le déclin progressif de ce secteur paient donc progressivement. Les Russes s'affirment dès lors comme le 3ème flux le plus important de visiteurs (404 000) derrière les Algériens (987 000) et les Libyens (654 000).

A contrario, les Britanniques qui étaient 200 000 à avoir opté pour la Tunisie durant ce laps de temps l'année dernière, ne sont plus que 14 000 à avoir fait ce choix en 2016. La raison ? Le Foreign Office, l'organisme délivrant les consignes de voyage, estime que "d'autres attentats restent très probables" dans ce pays du Maghreb et déconseille donc la destination à ses ressortissants.

Malgré tout, les voyageurs russes n'offrent pas les mêmes avantages que leurs homologues Français ou Allemands en étant trop "sédentaires". Ces derniers ne dépensent en conséquence que trop rarement hors des structures hôtelières et utilisent une monnaie plus faible que l'euro ou le dollar, alors que le pays a grand besoin de réserve de devises étrangères.

Ils ont toutefois le mérite de permettre à des structures de marcher pleinement et d'être à l'abri d'une vétusté accélérée...

La Rédaction

Sources : Le Point et Tour Mag

 

Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email