Tunisie : l’imbroglio Emirates continue

Publié le 02.01.2018, 17h37 par La Rédaction | 94 vues | 0 Commentaires

Tunisie : l’imbroglio Emirates continue Tunisie : l’imbroglio Emirates continue

 

Depuis le 24 décembre, tous les vols d'Emirates entre Dubaï et Tunis ont été suspendus par le gouvernement tunisien en raison d'une décision de la compagnie émiratie qui a refusé les passeports et l'embarquement de deux passagères originaires du pays maghrébin. Le conflit n'est aujourd'hui pas prêt de trouver son épilogue et nombre de Tunisiennes errent encore à l'étranger.

 

Pour rappel, cette mesure avait été appliquée par Emirates deux jours avant à l'ensemble des Tunisiennes, quel que soit leur âge, et sans qu'aucune information ne leur soit fournie; les hommes échappant à la sanction.

 

Le ministère des Affaires étrangères tunisien avait aussitôt réagi en convoquant l'ambassadeur des EAU dans la capitale afin qu'il s'explique. Ce dernier s'était alors appuyé sur une source sécuritaire qui attestait "d'un attentat (susceptible) d'être commis par des femmes soit Tunisiennes, soit porteuses d'un passeport tunisien"

 

Depuis la diplomatie est orageuse entre les deux nations, c'est peu de le dire, car de nombreuses Tunisiennes se trouvent bloquer au Proche-Orient.


Hier, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, et son ministre des Transports, Radhouane Ayara, ont donc sommé la compagnie nationale, Tunisair, de rapatrier les malheureuses sur leurs terres en insistant notamment sur les aéroports de Riyad, Doha, Koweit City et Mascate.

 

Et pour cause, les négociations entre Tunis et Emirates sont au point mort, ont-ils ajouté. Ces derniers ont d'ailleurs laissé entendre que de nouvelles sanctions pourraient être prises à l'encontre du transporteur.

 

La Rédaction

 

Sources : Maghreb Emergent et Kapitalis
 

 

 

 
Publier votre réaction avec un compte anonyme
  • text :*

    nombre de lettres restantes 500

Publier votre réaction avec votre propre compte

Vos réactions | 0 réactions

Problème de mot de passe

Veuillez saisir votre email